Chronique écologique : chapitre 2

Bienvenue sur notre chronique écologique, chapitre 2.

Qu’est-ce qu’un écosystème ?

Le fondement du concept d’écosystème est scientifique. Il a été utilisé pour la première fois en 1935 par le botaniste britannique Arthur Tansley, pionnier dans l’écologie des plantes.

L’écosystème est un ensemble complexe d’organismes et de facteurs physiques. Le CNRS définit quant à lui l’écosystème comme un ensemble vivant formé par un groupement de différentes espèces en interrelations (nutrition, reproduction, prédation…) entre elles et avec leur environnement (minéraux, air, eau) sur une échelle spatiale donnée. 

Délimitations

De ce fait, la délimitation d’un écosystème est arbitraire, il n’y a pas de limites objectives, pas de frontières physiques. Dans tous les domaines du vivant par exemple, on retrouve des écosystèmes. Par exemple, l’écosystème marin, l’écosystème des forêts…
Notre planète est un écosystème regroupant l’ensemble des organismes vivants et leur environnement non vivant. L’ensemble des organismes vivants est la Biocénose. Ce sont les humains, les animaux, les végétaux, etc. Leur environnement non vivant est le Biotope. C’est l’eau, le climat, la pierre, etc. Ces deux ensembles sont interdépendants et interactifs entre eux.

Avec le temps et les différents mouvements de pensée, le concept d’écosystème s’est décentré : de la Nature vers l’Humain. Aujourd’hui l’AFNOR définit l’écosystème comme un ensemble constitué des êtres humains et de leur environnement physique, des plantes et des animaux. Et cet écosystème est durable si ses composantes et leurs fonctions sont préservées pour les générations présentes et futures.

Business ecosystem

Dans le fonctionnement politique et économique des nations, on trouve de multiples écosystèmes. Ils sont définis selon les secteurs d’activités, les niveaux sociaux professionnels et culturels, l’environnement géopolitique, le lieu de vie quotidienne.

L’économiste américain James Moore a défini par exemple le concept d’écosystème d’affaires (business ecosystem) en 1996. Il désigne une communauté économique supportée par l’interaction entre les entreprises et les individus (salarié.e.s mais aussi fournisseur.e.s, producteur.rice.s, concurrent.e.s, client.e.s…). Ils/Elles appartiennent au même écosystème d’affaires lorsqu’ils/elles partagent le même centre d’intérêt. Toute entreprise, quelle que soit sa taille, sa structure, est elle-même un écosystème.

Et si vous analysiez votre propre business ecosystem. Où en êtes-vous ?

N’hésitez pas à partager vos retours en commentaires ! C’est la fin du chapitre 2 de notre chronique écologique. On se retrouve le mois prochain pour le chapitre 3 qui définira l’environnement.

Si le sujet vous intéresse déjà, venez vous renseigner sur notre méthode unique « Management environnemental » !